Akai (et sa clique de têtes à claques)

Re: Akai (et sa clique de têtes à claques)

Messagepar Akai » 10 Juin 2012, 10:27

A la demande de Jojo :

gw022_resize.jpg


gw024_resize.jpg
Vous n’êtes pas autorisé(e) à consulter les fichiers insérés à ce message.
Blond de Père en Fils depuis 2006
Nihon-eiga.fr : cinema japonais

Image Yrmiss (80) Image Halia Hark (80) Image Flujox (80)
Akai
Blontitude
 
Message(s) : 277
Inscrit(e) le : 26 Avr 2012, 14:04
A remercié: 46 fois
Remercié: 33 fois

Re: Akai (et sa clique de têtes à claques)

Messagepar weedwizard » 10 Juin 2012, 10:43

c'est clair il y a du WHAOU c'est beau... perso je suis resté 5 minutes devant un PNJ qui portait une sorte de bouclier céleste translucide ou en anti-matière... selon votre dogme, trop la classe
Image
Avatar de l’utilisateur
weedwizard
Blontitude
 
Message(s) : 565
Inscrit(e) le : 12 Mai 2012, 19:39
Localisation : Belgique
A remercié: 74 fois
Remercié: 46 fois

Re: Akai (et sa clique de têtes à claques)

Messagepar Beber Cb » 10 Juin 2012, 13:17

Bouclier translucide je crois que c'est une compétence du gardien
Agent comptable de la guilde et crêpier à ses heures

Image
Avatar de l’utilisateur
Beber Cb
Blontitude
 
Message(s) : 796
Inscrit(e) le : 26 Jan 2012, 14:04
Localisation : Région Parisienne, Yvelines
A remercié: 81 fois
Remercié: 88 fois

Re: Akai (et sa clique de têtes à claques)

Messagepar jojo » 10 Juin 2012, 14:08

Très joli :aieeee:
Image
Avatar de l’utilisateur
jojo
Blontitude
 
Message(s) : 298
Inscrit(e) le : 03 Avr 2012, 08:49
Localisation : 74
A remercié: 94 fois
Remercié: 20 fois

Re: Akai (et sa clique de têtes à claques)

Messagepar lulu » 10 Juin 2012, 17:46

Encore une Sa**** ! Elle est pas blonde :waaaht:
Image
Avatar de l’utilisateur
lulu
Barbie
 
Message(s) : 157
Inscrit(e) le : 21 Avr 2012, 11:33
A remercié: 1 fois
Remercié: 9 fois

Re: Akai (et sa clique de têtes à claques)

Messagepar hautcourt » 10 Juin 2012, 21:21

Je plussoie le bouclier translucide, c'est égide, du gardien. C'est marrant, ça s'affiche comme bouclier même avec une arme à deux mains ^^
Avatar de l’utilisateur
hautcourt
Blontitude
 
Message(s) : 330
Inscrit(e) le : 22 Fév 2012, 22:13
A remercié: 23 fois
Remercié: 38 fois

Re: Akai (et sa clique de têtes à claques)

Messagepar weedwizard » 10 Juin 2012, 22:57

celui-ci :

Image
Image
Avatar de l’utilisateur
weedwizard
Blontitude
 
Message(s) : 565
Inscrit(e) le : 12 Mai 2012, 19:39
Localisation : Belgique
A remercié: 74 fois
Remercié: 46 fois

Re: Akai (et sa clique de têtes à claques)

Messagepar hautcourt » 11 Juin 2012, 19:23

Précisément.
Avatar de l’utilisateur
hautcourt
Blontitude
 
Message(s) : 330
Inscrit(e) le : 22 Fév 2012, 22:13
A remercié: 23 fois
Remercié: 38 fois

Re: Akai (et sa clique de têtes à claques)

Messagepar Akai » 25 Juil 2012, 12:07

Comme des fois le midi je m'emmerde, j'ai commencé à gribouiller de la fanfic sur ce qui sera mon personnage principal dans l'aventure GW2. Attention, pour l'instant ça n'a aucun rapport avec GW2 vu que je place le caractère du personnage en faisant des tranches de vie depuis son enfance.

Allez, hop voilà donc l'épisode 1 où on apprend avec stupéfaction qu'Halia Hark était une enfant turbulente.

HALIA HARK

Promontoire Divin. 10 ans auparavant.

« Halia ! Halia !! Haaaliiiiiiiiiiia ? » La femme n’en finissait pas d’arpenter la terrasse en bois, hurlant entre ses mains, cherchant du regard une hypothétique silhouette. Las de s’époumoner dans le vide, elle finit par s’arrêter et se reposer contre la balustrade, la main droite en appui sur une des nombreuses poutres verticales. Chacune d’entre elles était d’ailleurs finement sculptée de motifs incompréhensibles, et décorée d’une tête de dragon à son faite. Une démesure stylistique prévenant le visiteur qu’il entrait dans une demeure cossue, celle du chef de la guilde des marchands du Promontoire Divin.

Un bruit sorti la femme de sa rêverie momentanée. Elle se retourna rapidement et aperçu par la fenêtre donnant sur le grand salon la silhouette d’une petite fille déguerpissant à toutes jambes par la porte menant au grand escalier. A ses trousses, un chien qui ne s’encombrait pas d’esquiver les obstacles et laissait sur son bref passage une idée d’apocalypse ménager. Guéridon renversé. Vases explosés… l’inventaire qui sera fait quelques heures après aurait mis sur la paille une famille d’ouvriers. Une seconde plus tard, l’animal disparaissait lui aussi hors de vue de la femme qui serra le poing de colère et hurla de plus belle « Halia ! Arrêtez de vous comporter comme une sauvageonne ou j’appelle votre mère ». Pas de réponse si ce n’est un claquement de porte puis, après un bref silence, le son d’une vitre que l’on casse suivi des rires francs de la petite fille et les aboiements du chien. La femme se dirigea en courant vers le petit escalier qui menait au jardin et ne put qu’observer la petite Halia dévaler le toit de la terrasse, roulée en boule, puis s’écraser durement au sol dans l’herbe fraichement coupée ce matin même par l’employé Sylvari de Monsieur Hark. Des dizaines de bris de verre et de morceau de bois arrachés à ce qui était quelques temps plus tôt la fenêtre d’une chambre prirent le même chemin et tombèrent en une fine pluie sur la petite fille.

La femme se précipita vers cette dernière. Sa main tremblait lorsqu’elle la toucha pour la secouer, vérifier si elle était blessée. Elle retourna la petite sur le dos. « Mademoiselle Halia…. Mademoiselle… Réveillez-vous mademoiselle, s’il vous plait ». La fillette restait immobile. La femme s’ébouriffa les cheveux dans un geste de stress et sembla chercher quelqu’un du regard, chercher de l’aide quel qu’elle soit. Mais le seul être vivant dont elle croisa le regard fut le chien, trônant fièrement sur le toit de la terrasse, la langue pendante et la queue frétillante de la joie d’avoir bien joué. Et d’un coup il aboya. Et ce fut au tour de la petite d’éclater de rire. La femme se retourna, l’air sévère. « mademoiselle Halia, ce ne sont pas des mani…. » elle ne finit cependant jamais sa phrase, d’un coup attendrie par le visage de l’enfant. Ses grands yeux noirs pétillaient de joie et elle riait à gorge déployée. Les lourds aboiements du chien faisaient écho au son cristallin de ses rires. Il lui fallut quelques minutes pour se calmer.
Dernière édition par Akai le 25 Juil 2012, 14:27, édité 1 fois.
Blond de Père en Fils depuis 2006
Nihon-eiga.fr : cinema japonais

Image Yrmiss (80) Image Halia Hark (80) Image Flujox (80)
Akai
Blontitude
 
Message(s) : 277
Inscrit(e) le : 26 Avr 2012, 14:04
A remercié: 46 fois
Remercié: 33 fois

Re: Akai (et sa clique de têtes à claques)

Messagepar Akai » 25 Juil 2012, 12:12

Episode 2, où le lecteur assistera, médusé, à la rencontre entre Halia et un Asura, moment propice à une confrontation de caractère.

L’Arche du Lion. 4 ans auparavant.

« Vos illustres ancêtres doivent se retourner dans leur tombes en vous écoutant sortir de telles âneries, jeune fille ! » Binocles dorées visées sur son nez anguleux, le précepteur se pinça les lèvres, puis mis sa main devant la bouche pour tousser. Le genre de toux factice, censée être pleine de sens, de reproche, de dépit. « Combien de fois, vous ai-je répété que la magie élémentaire demande la plus grande concentration, ainsi que des heures de méditation, d’étude, de calme afin d’en comprendre les mécanismes… Si vous voulez un jour rivaliser avec les meilleurs élémentalistes, vous devez avant tout apprendre la théorie, les principes magiques et physiques qui régissent… » Halia le coupa net, en se levant. Elle fit deux pas pour se rapprocher, presque nez à nez, avec son professeur privé. Sa petite taille l’obligea néanmoins à se mettre sur la pointe des pieds et légèrement pencher sa tête en arrière. Le professeur plissa les yeux de surprise et voulu ouvrir la bouche. Mais Halia leva sa main droite et posa son index sur celle-ci. « chuuut ! vous me fatiguez. Vous étudiez depuis votre enfance. Vous ne faites que ça. Et vous êtes à peine capable d’allumer un feu de cheminée. Alors vos conseils, cher professeur….. » Gardant son index sur la bouche du précepteur, Halia recula d’un pas. Un large sourire se dessina sur son visage, comme à chaque fois qu’elle s’apprêtait à faire quelque chose qui allait fortement fâcher son entourage. Une bourrasque explosa la fenêtre la plus proche et un tourbillon d’air entra dans la salle de cours. Le professeur recula prestement et trébucha sur une chaise. Il bascula alors en arrière, battant des bras en espérant vainement rattraper son équilibre. Le tourbillon de vent entoura alors Halia, la décolla du sol, puis fit demi-tour vers la fenêtre. Elle riait aux éclats. « bonne journée professeur ! » fut tout ce que dernier entendit avant de se fracasser lourdement l’arrière du crâne sur le rebord d’un bureau.

Dominant l’Arche du Lion depuis le ciel, portée par le tourbillon de vent dont elle contrôlait la vitesse et l’intensité, Halia admira quelques minutes l’urbanisme anarchique de la capitale. Le cosmopolisme de celle-ci avait eu des répercutions étonnantes sur son agencement. Ne pas se perdre dans la partie nord est était une gageure, et nombre de nouveaux arrivants et touristes y perdaient leur sang-froid dans les nombreuses passerelles et ruelles qui la composaient. Halia avait toujours trouvé que c’était cependant l’endroit le plus intéressant de la ville. On y rencontrait toutes sortes de personnes, du notable au contrebandier avide. C’est finalement ces personnes et lieus interlopes qui faisaient la vraie richesse du quartier. Quelques jours plus tôt, en visitant les égouts – elle avait dû en fracturer une entrée – elle était tombé sur une sorte de secte secrète nommée Agents des Soupirs. Elle avait cru sa dernière heure arrivée, mais un de leur chef l’avait laissée partir. En souvenir de la grandeur de tes ancêtres, petite ; avait-il dit. Ses ancêtres. Tout le monde, de ses parents à ses professeurs, lui rappelait sans cesse qu’elle était d’une descendance historique. Plus que cela même. En son sein était censé courir le sang de quelques-uns de ceux qui sauvèrent la Tyrie et Ascalon il y a des décennies. Elle n’était rien de moins que la petite, petite, petite (ad nauseam) fille de Yun Sun Hark et Akai Yuki Hime, deux des héroïnes légendaires dont on conte encore les exploits. Sauf qu’Halia n’avait jamais trouvé que des désagréments à être sans arrêt comparée à elles. Fais ci, fais ça. Respecte tes ancêtres. Ne perd pas ton temps dans des futilités. Leur âme, leur courage, existent à travers toi. Halia serra ses poings. Elle en avait marre d’être comparée à des femmes mortes il y a des éons. Elle voulait être Halia. Point. Sous l’effet de sa rage montante, le tourbillon de vent accéléra. Elle se pencha en avant et plongea à toute vitesse vers le port de l’Arche du Lion. D’une pensée elle rétablit la trajectoire à quelques centimètres seulement du sol et fila comme une fusée le long de la plage, soulevant des nuages de sable et l’eau de mer, slalomant entre les personnes venues profiter du soleil. Elle se sentait bien, libérée de toutes contraintes. Obliquant à droite, elle vola quelques secondes au-dessus de l’eau avant d’y plonger.

Le contact avec la fraicheur de l’eau lui fit reprendre ses esprits. D’un geste de la main gauche elle transforma le tourbillon d’air en bulle qu’elle disposa sur son visage, comme un casque. De longues plantes marines dansaient au rythme du courant autour d’elle. Un gros poisson aux écailles vertes la frôla au niveau de l’épaule. L’endroit avait quelque chose d’irréel, éclairé par des mousses phosphorescentes qui donnaient un halo bleu au panorama. Tournant quelques secondes sur elle-même, les bras en croix, afin de distinguer quelques repères connus, elle aperçut le haut du monument englouti. Si les livres d’histoire disaient la vérité – ce dont elle doutait à certains moments - il devait s’agir des ruines de l’ancienne place principale d’un temps lointain. Du temps de ses ancêtres, en fait. Avant que la terre ne tremble, que les dragons ne se réveillent, et que la topographie fusse changée à jamais. Les restes, majestueux – elle ne pouvait qu’en convenir – de l’ancienne Arche du Lion reposaient désormais sous l’eau, oubliés à jamais par la majeure partie de la population. Elle toucha le monument de sa main droite. La pierre rugueuse semblait avoir des milliers de choses à raconter. Ses sculptures étaient usées par la lente érosion provoquée par l’eau, mais en se rapprochant on pouvait encore y lire quelques mots, y voir des visages. Elle fit lentement le tour de l’obélisque, laissant sa paume s’imprégner de sensations variées, qu’elle jurait venue du passé. Et alors qu’absorbée dans ses pensées, elle se dirigeait vers le haut du monument, elle heurta quelque chose puis reçut un coup dans le ventre. Devant elle se tenait un Asura à la peau grise et aux grands yeux rouges. Elle le vit bouger les lèvres mais n’entendait évidemment rien. Ses gestes, rapides et désordonnés indiquait sans aucun doute son énervement extrême. Mais elle n’en avait cure. Son attention était irrémédiablement attirée par l’étrange appareillage que portait l’Asura. Un énorme sac à dos métallique surmonté d’une hélice, et d’où sortaient différents tuyaux et câbles dont certains étaient reliés aux gants du petit être. Ce dernier resserra les poings et l’hélice se mit à tourner, le propulsant vers la surface. Halia, un sourire aux lèvres, prit le même chemin.

- « Eh Pooka, fais attention. Tu as failli dérégler mon AIPC. » La voix de l'Asura était aiguë.
- « ton..... A..T... ton quoi ? ». Elle mit quelques secondes à s’adapter à la luminosité de cette fin d’après-midi. L’Asura était à quelques mètres d’elle, et elle entendait un bruit sourd, comme un ronronnement.
- « Mon A.I.P.C, idiote de pooka ! Aquaéro Isotopique à Poussée Corolaire…. C’est pas dur à deviner pourtant » De la vapeur s’échappa de l’étrange sac à dos. « C’est un prototype que j’ai moi-même confectionné. Des semaines de travail, alors heureusement que tu ne l’as pas cassé »
- « Je peux tester? » demanda Halia en tendant le bras vers l’engin. Ses yeux pétillaient.
L’asura dévia le geste d’un revers de la main et commença à reculer.
-« non, non, non, tu ne peux pas pooka ! C’est trop compliqué pour quelqu’un comme toi. En plus tu es bien trop grosse pour espérer porter mon AIPC. Et si tu continues à me harceler, pooka, je teste les armes sur toi. » Joignant le geste à la parole, il pointa son bras gauche en direction de la jeune fille.
- « Je te promet que je casserai rien. Je veux juste voir comment ça marche ton Aqualo hystérique à poussin… enfin ton truc. Et si tu veux quelque chose en échange, on pourrait s’arranger. Je connais plein de monde ici. » D’un revers de la main, Halia repoussa une mèche de ses cheveux bleus qui tombait sur ses yeux. Tout ce qu’elle vit ensuite fut un rayon d’énergie, qu’elle se mangea de plein fouet.
La déflagration fut puissante. Halia fut éjectée d’une dizaine de mètres en arrière. Sa peau la brulait atrocement et le sel de l’eau n’arrangeait rien à la sensation de douleur extrême. Devant elle, l’Asura s’envolait à toute vitesse, propulsé par son AIPC. « OK petit être… tu veux jouer au plus malin, alors jouons ». Elle invoqua du vent et se souleva hors de l’eau. Ses vêtements, gorgés d’eau, lui collait à la peau. Et ses cheveux bleus étaient soulevés par l’air. En une fraction de seconde elle commanda à l’air de se déplacer et vola vers l’Asura. A mi-chemin, elle traça une rune dans l’air devant elle. Un immense éclair déchira le ciel ensoleillé au-dessus de l’Arche du Lion et frappa l’Asura en pleine tête. Celui-ci perdit de l’altitude, mais rétablit facilement son assiette quelques mètres plus bas. Il fit volte-face pour affronter Halia. Croisant les mains devant lui, il invoqua prestement deux doubles éthérés qui se jetèrent sur la jeune fille en lançant des projectiles magiques. Halia prit peur un court instant. Impossible d’esquiver tous ces missiles de mana. Mais elle se ressaisit immédiatement. Elle leva les deux bras en l’air, soulevant une masse d’eau gigantesque qu’elle gela aussitôt. Les projectiles magiques s’écrasèrent avec fracas sur le mur glacé. De derrière, Halia pouvait voir des fissures se créer, et elle crut que sa barrière n’allait pas résister. A l’abri, même provisoire, elle incanta à la volée deux sortilèges. Le premier créa un élémentaire d’eau qui surgit de la mer et fondit sur sa proie asura, pour l’entourer. Le second, plus simple, fut un simple éclair dont l’énergie se propagea à travers l’élémentaire d’eau. La machine de l’Asura toussota, et des tuyaux rompirent. Elle le vit tomber et s’écraser sur le sable d’une plage. L’excitation de la victoire lui laissa cependant un gout amère. Elle se précipita vers l’Asura pour s’assurer qu’elle ne l’avait pas tué. Arrivée sur la plage, elle stoppa les sorts qu’elle maintenait jusqu’à lors et se pencha sur le petit corps. Mais celui-ci s’évapora aussitôt touché du bout des doigts. Alerté par son instinct de survie, Halia fit une roulade vers l’avant et se retourna dans le même mouvement. Sa position précédent fut lardée de multiples missiles de mana et elle vit l’Asura sortir de l’eau un sourire aux lèvres et traçant un signe dans l’air devant lui. Elle invoqua par réflexe un mur de sable, mais rien ne vint le frapper.
- « Jeunes gens, je pense que vous avez fini de jouer. A moins que vous ne vouliez que je m’en mêle ». Un homme de haute stature, portant une armure de plate rutilante, marchait vers eux. La tête de Lion ouvragée ornant son pectoral trahissait son appartenance à la garde d’élite de la ville. Halia était de plus certaine de l’avoir déjà vu à une des réceptions organisées par son paternel. Il marchait doucement, et ne paraissait nullement menaçant. Sauf qu’elle savait qu’il ne valait mieux pas se frotter à ce genre de personne. L’Asura devait d’ailleurs se dire la même chose, car il avait stoppé son sort et regardait l’homme s’approcher. « Je sais que vous avez besoin de vous dépenser, mais on a assisté à votre petite guerre d’assez loin. Des gens ont même craint une attaque ennemi. C’est quoi le problème, Mlle Hark ? »
- « euh, je… enfin nous… j’veux dire il a… » Halia ne savait pas trop quel était le problème en fait. « C’est moi qui ait voulu lui prendre sa machine, pour tester. J’ai peut-être un peu abusé mais mon père paiera si j’ai enfreint une loi… ou deux. » Par réflexe, elle se recoiffa. Geste ridicule vu qu’elle se savait être dans un état lamentable. Trempée, brulée, écorchée, et la robe déchirée à quelques endroits. L’Asura, lui, restait étrangement silencieux.
- « Non, Mlle. Votre père ne paiera pas. Vous êtes assez grande pour le faire. Je vous attend demain à l’auberge de la loutre dégarnie. Je vous présenterai à des suivants de Dwayna, et vous les aiderez à servir la soupe collective qu’il donne tous les jours aux nécessiteux de l’Arche du Lion. Et vous le ferez avec le sourire, pendant quelques jours. Je me suis bien fait comprendre, Mlle Hark ? » Le garde s’éloigna. Tout autour, des badots regardaient la scène et y allaient de leur commentaire. Halia sentit un mélange de haine et de honte monter en elle, quand l’Asura l’interpela.
- « Mlle Hark. Je suis ravi de faire la connaissance d’une fillette qui a d’aussi nobles pooka dans ses ancêtres. Je crains de devoir vous quitter prestement. Ma coterie attend avec impatience les premiers résultats du test de mon AIPC. » Halia le dévisagea avec étonnement. C’est la première fois qu’elle faisait attention à ses traits de visages. Le visage rond, les oreilles pointues tombantes, l’Asura faisait jeune.
- « et ton nom ? » cria t-elle alors que l’Asura s’éloignait.
- « Flujox » répondit-il avant de disparaitre derrière une dune.




A suivre, l'épisode 3 dans lequel le lecteur, attendri, constatera qu'Halia devint une jeune femme bien sous tout rapport.
Blond de Père en Fils depuis 2006
Nihon-eiga.fr : cinema japonais

Image Yrmiss (80) Image Halia Hark (80) Image Flujox (80)
Akai
Blontitude
 
Message(s) : 277
Inscrit(e) le : 26 Avr 2012, 14:04
A remercié: 46 fois
Remercié: 33 fois

PrécédentSuivant



Retour vers Les Présentations


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)